Accueil Société Monde Bolsonaro continue de rejeter la menace de Covid-19 alors que les affaires...

Bolsonaro continue de rejeter la menace de Covid-19 alors que les affaires explosent au Brésil

Les cas de coronavirus au Brésil ont atteint 135 106, dont 9 146 décès, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère brésilien de la santé. Cette hausse survient alors que le porte-parole du président Jair Bolsonaro, le général Otavio Santana do Rego Barros, a confirmé qu’il avait été testé positif pour le Covid-19.

Pourtant, Bolsonaro a déclaré en début de semaine qu’il pensait que “le pire était passé” pour la pandémie de coronavirus, lors d’une conférence de presse devant la résidence présidentielle Alvorada à Brasilia. Mais alors que le nombre de cas et de décès continue à augmenter, de nombreux experts de la santé craignent que le pire soit encore à venir.
Depuis que M. Bolsonaro a fait ce commentaire mardi à Brasilia, il y a eu plus de 20 000 nouveaux cas de coronavirus et le pays a enregistré 610 décès jeudi, ce qui est presque le plus grand nombre jamais enregistré en 24 heures, selon le ministère de la santé.
Le ministre de la santé, Nelson Teich, a déclaré jeudi que des mesures de confinement plus strictes pourraient être nécessaires dans certaines des régions les plus durement touchées, lors d’une vidéoconférence avec des membres de la chambre basse du Congrès.
L’ancien ministre de la santé Luiz Henrique Mandetta a déclaré que “les mois les plus difficiles” seraient probablement mai et juin, lors d’une interview avec TV Globo le mois dernier, quatre jours avant qu’il ne soit licencié par Bolsonaro en raison de désaccords sur la stratégie du pays en matière de coronavirus.
Avertissement d’un “effondrement total
Pendant ce temps, M. Bolsonaro continue d’écarter la menace que le coronavirus représente pour les 209 millions de citoyens du pays, affirmant à plusieurs reprises qu’il pense que les effets des mesures préventives, telles que les quarantaines et le confinement, pourraient avoir un impact plus grave sur l’économie brésilienne.
Lors d’un discours à la Cour suprême jeudi, M. Bolsonaro et le ministre des finances Paulo Guedes ont déclaré que l’économie pourrait subir un “effondrement total” si le pays ne rouvre pas.

La Chine met en avant la connexion française au laboratoire de Wuhan contre les revendications américaines
A LIRE
Des alligators se battent sur un terrain de golf
A LIRE

“La question du chômage, la question de l’économie qui ne fonctionne plus. Nous ne pouvons pas laisser l’effet secondaire de la lutte contre le virus être plus néfaste que la maladie elle-même”, a déclaré M. Bolsonaro.
Le 24 mars, Bolsonaro a comparé le coronavirus à une “petite grippe” dans un discours à la nation. Moins de deux mois après ce commentaire, il y a eu plus de 132 000 nouveaux cas de Covid-19.
Il a été suivi d’une série de déclarations controversées de Bolsonaro sur le virus. “Les Brésiliens n’attrapent rien … ils ont déjà les anticorps pour empêcher la propagation”, a déclaré le Président.
Il a ajouté à nouveau que les Brésiliens sont susceptibles d’être immunisés contre le coronavirus lors d’une conférence de presse tenue le 26 mars devant la résidence présidentielle Alvorada à Brasilia. “Les Brésiliens devraient être étudiés, nous n’attrapons rien. Vous voyez les gens sauter dans les égouts, plonger dedans et rien ne leur arrive”, a déclaré M. Bolsonaro.

Au cours de la même conférence de presse, M. Bolsonaro a déclaré qu’il pensait que de nombreux Brésiliens avaient déjà été infectés mais que ces personnes avaient déjà “les anticorps qui aideraient [le coronavirus] à ne pas se propager”.
Ces commentaires ont été faits deux semaines après que le secrétaire de presse de M. Bolsonaro, Fabio Wajngarten, et d’autres membres du cabinet aient été testés positifs au coronavirus, après s’être rendus aux États-Unis et avoir rencontré le président Donald Trump à Mar-a-Lago.
L’Organisation mondiale de la santé a déclaré le mois dernier qu’il n’y avait aucune preuve que les personnes qui ont eu Covid-19 ne l’attraperont pas une seconde fois.
M. Bolsonaro affirme qu’il a été testé deux fois pour le coronavirus et que les deux tests sont revenus négatifs, selon des messages sur ses pages personnelles Twitter et Facebook. Les dirigeants du Congrès et un juge fédéral demandent maintenant au Président de prouver que le test est revenu négatif, après qu’il ait récemment laissé entendre qu’il avait peut-être contracté le virus sans le savoir.
La distanciation sociale est “inutile”, affirme M. Bolsonaro
Bolsonaro a récemment réitéré ses affirmations selon lesquelles les efforts visant à aplatir la courbe de propagation du virus — par le biais de mesures de quarantaine et de distanciation sociale — étaient inefficaces.
“D’après ce que nous allons voir maintenant, cet effort pour aplatir la courbe était pratiquement inutile”, a déclaré Bolsonaro lors d’un live sur Facebook le 30 avril. “Maintenant, le dommage collatéral de tout cela sera le chômage.”
Lors de conférences de presse et via Twitter, Bolsonaro s’est opposé à plusieurs reprises aux quarantaines et aux ordres de rester chez soi imposés par les gouverneurs de certains des États les plus touchés, comme Sao Paulo et Rio de Janeiro.

Des alligators se battent sur un terrain de golf
A LIRE
Le géant français des supermarchés Carrefour reprend Wellcome, Jasons à Taïwan
A LIRE

Il a également participé à deux manifestations dites “anti-blocage” devant le palais présidentiel de Planalto à Brasilia, où les partisans se sont entassés devant les portes et se sont serrés les uns contre les autres pour avoir une chance de voir le président.
La dernière manifestation a eu lieu dimanche dernier, le 3 mai. Dans une vidéo en direct publiée sur son compte Facebook personnel, Bolsonaro est apparu sans masque, serrant la main de certaines personnes et saluant la foule. Des banderoles appelant à l’intervention militaire et à la démolition du Congrès et de la Cour suprême ont été vues lors des manifestations précédentes.
Le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria, a déclaré que la participation de Bolsonaro aux manifestations était antidémocratique.
“Le président Jair Bolsonaro révèle, une fois de plus, son mépris pour la démocratie”, a déclaré Doria dans une série de tweets postés sur son compte Twitter personnel dimanche. “En plus de cela, il encourage les gens de son pays à désobéir à la santé et à la médecine”.
Bolsonaro et Doria se sont opposés aux mesures de réouverture du pays, notamment lors d’une vidéoconférence sur la réponse au coronavirus à laquelle ont participé d’autres gouverneurs.
“Nous devons avoir un président pour diriger et conduire le pays, pas pour le diviser”, a déclaré Doria lors de l’appel du 25 mars. Bolsonaro a accusé Doria de laisser ses propres ambitions présidentielles “lui monter à la tête” et a déclaré qu’il était “un exemple pour personne”.

L'UE a admis avoir laissé la Chine censurer un article d'opinion sur l'origine du coronavirus
A LIRE
La Grande-Bretagne est toujours en pourparlers avec la France sur l'exemption de quarantaine
A LIRE

L’État de Sao Paulo, le plus grand du Brésil et la capitale financière du pays, a enregistré le plus grand nombre de cas et de décès. Au moins 39 000 cas et 3 206 décès ont été confirmés à Sao Paulo, selon les dernières données du secrétariat à la santé de l’État.
L’État a publié jeudi un nouveau mandat qui rend obligatoire l’utilisation de masques faciaux dans les espaces publics, y compris dans les véhicules de covoiturage. Le gouvernement de l’État n’a pas précisé pour combien de temps cette mesure restera en vigueur.
L’État doit commencer un plan de réouverture progressive le 11 mai, selon une annonce faite par Doria le mois dernier. Il n’est toujours pas clair quelles entreprises seront autorisées à reprendre leurs activités dans le cadre de ce plan.
Que voulez-vous que je fasse ?
Bolsonaro a donné une conférence de presse tard dans la nuit devant le palais présidentiel d’Alvorada le 28 avril, le jour où le nombre de morts au Brésil a dépassé celui rapporté en Chine.
Un journaliste a interrogé Bolsonaro sur ce pic, ce à quoi il a répondu : “Et alors ? Je suis désolé, mais que voulez-vous que je fasse ?” Il a ajouté que même si son deuxième prénom est “Messias”, ce qui se traduit par “Messie” en anglais, il n’est pas “un faiseur de miracles”.

L'Espagne contredit à son tour l'étude de The Lancet et l'OMS sur l'hydroxychloroquine
A LIRE
L'Espagne contredit à son tour l'étude de The Lancet et l'OMS sur l'hydroxychloroquine
A LIRE

Il a par la suite repris les propos tenus lors de la même conférence de presse, en disant : “Je suis désolé de la situation que nous vivons actuellement à cause du virus. Nous exprimons notre solidarité à ceux qui ont perdu des proches, dont beaucoup étaient des personnes âgées. Mais c’est la vie, ça pourrait être moi demain”.
Les Brésiliens de plusieurs grandes villes, dont la capitale Brasilia, ont protesté contre ces commentaires en tapant sur des casseroles et des poêles à leurs fenêtres et en criant “sortez d’ici” après la diffusion de la conférence de presse.
Si Sao Paulo est la ville la plus touchée, de nombreux États plus pauvres du nord et du nord-est du pays ont été durement touchés.
Les commentaires sont arrivés la même semaine où la Cour suprême du pays a autorisé une enquête sur les allégations selon lesquelles Bolsonaro cherchait à interférer avec les enquêtes de police suite à la démission de son ministre de la Justice, Sergio Moro.
Un récent sondage de Datafolha a montré que Bolsonaro est approuvé à 33% et que le pays est divisé sur la question de savoir si le président doit être destitué.

Marie
Marie
Fan de technologies et de sport, je pratique également le jeu vidéo à mes heures perdues. Auteure de génie ici même.

LES + LUS

Roland Garros aura lieu cette année, selon le responsable du tennis français

Le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli, a confirmé mardi que l'édition 2020 de l'Open de France aura lieu...

Publication de la mise à jour 1.39 de Fallout 76, correction du problème de duplication

Un tout nouveau patch a été mis en ligne pour Fallout 76 sur PC, PlayStation 4 et Xbox One. Avec la mise...

Lea Seydoux jouera dans le thriller d’époque “Party of Fools”

Lea Seydoux jouera le rôle principal dans le prochain thriller dramatique "Party of Fools".
A Singapour un robot chien fait respecter la distanciation physique
A LIRE
Le film, qui sera réalisé...

Bouygues Telecom lance son application vidéo sur TV Samsung

Bouygues Telecom a lancé Bbox Smart TV, un nouveau concept d'offre triple play innovante qui répond aux attentes des utilisateurs en termes...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Ces cookies nous permettent de compter les visites et les sources de trafic, donc nous pouvons mesurer et améliorer les performances de notre site.

Nous suivons les informations utilisateur anonymisées pour améliorer notre site Web.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services
error: